jeudi 29 août 2013

Corée du Nord, 9 ans pour fuir l'enfer



Coréen du Nord, 9 ans pour fuir l’enfer.
de
Eunsun Kim, Sébastien Falleti.

«  Décembre 1997. Dans notre petit appartement glacial de Eundeok, en Corée du Nord, je désespérais de revoir ma mère et ma sœur, parties à la ville pour essayer de trouver un peu de nourriture. La famine sévissait partout, j’allais mourir de faim, comme mon père. Alors j’ai décidé de rédiger mon testament, j’avais onze ans. »



Description :

1998, Eunsun a douze ans. La grave famine qui sévit depuis plusieurs années dans le pays a déjà fait des centaines de milliers de victimes. Parmi elles, son père et ses grands-parents. Dans l’espoir de trouver un peu de riz, sa mère et sa sœur sont parties à la ville. Mais quand elles reviennent enfin, alors que Eunsun, affamée et sûre qu’elle va mourir, a fait son testament, la joie des retrouvailles est vite éclipsée par le désespoir : elles sont rentrées bredouilles. Il ne leur reste qu’une solution : passer en Chine pour fuir la faim. Il leur faudra traverser une rivière gelée, braver les gardes-frontières, survivre au froid, à l’épuisement… un pari presque impossible mais remporté. Rien n’est gagné pour autant. Elles sont d’abord vendues comme esclaves en Chine, puis renvoyées dans les geôles nord-coréennes, interrogées, torturées, « rééduquées »… pas d’autre choix que de s’évader à nouveau. Elles retournent en Chine où elles vivent dans la clandestinité, sans cesse traquées par les polices de Pyongyang et Pékin. Jusqu’au jour où, n’en pouvant plus, elles entament un nouveau périple : la traversée du désert de Mongolie à pied, pour atteindre enfin la terre promise : la Corée du Sud.
Près de quinze ans plus tard, Eunsun Kim a choisi de témoigner, pour que le monde connaisse son histoire et celle de ces milliers d’hommes et de femmes qui, chaque jour, tentent de passer la frontière pour échapper à la faim et à l’enfer totalitaire de la Corée du Nord.
EUNSUN KIM est née en Corée du Nord, le pays le plus fermé de la planète. À l’âge de douze ans, elle a fui cet État prison avec sa mère. Aujourd’hui, à 25 ans, c’est une étudiante comme les autres qui vit à Séoul. Elle raconte sa longue odyssée vers la Corée du Sud, la liberté et l’espoir d’une vie meilleure. Sébastien Falletti est journaliste, correspondant pour Le Figaro à Séoul depuis une quinzaine d’années. 





Avant même d’ouvrir le livre, avant même de commencer à en lire un simple extrait, on comprend que ce n’est pas un témoignage comme les autres, il va bien au-delà. Touchant, poignant et instructif, on arrive même à se demander si cela est une réalité de la vie,  de la Corée du Nord, et pourtant ce livre est une merveille nouée d’un profond respect par le courage d’une famille. Il a l’audace de nous faire réfléchir sur beaucoup de choses, aussi bien sur l’enfer de ce pays, que notre petite vie bien tranquille, un parfait paradoxe qui laisse songeur.
Un petit conseil ? Si un jour vous avez le moyen de le lire, faites le, sans réfléchir, vous n’avez rien à y perdre, bien au contraire.



Une interview d'Eunsun Kim pour PARIS MATCH à découvrir ici

Dont un article de YongHapNew à lire si vous le souhaitez ici


Source : Corée du Nord, 9 ans pour fuir l'enfer + Paris Match
Article rédigé par Chu Ageha

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire