vendredi 28 février 2014

Actualité : Un nouveau pas vers la réunification de la Corée

Lee Oh-Hwa, 85 ans, retrouve ses sœurs nord-coréennes.

Des dizaines de familles, déchirées depuis la fin de la guerre de Corée (1950-53), ont pu, du jeudi 20 au mardi 25 février 2014, être de nouveau réunies pour la première fois depuis plus de soixante ans.
En effet, des centaines de Coréens, pour la plupart très âgés, ont été tirés au sort pour participer à cette réunion dans le but de serrer une dernière fois leurs proches avant de mourir. Le premier jour de ces réunions, 82 Sud-Coréen partent pour le mont Kumgang, à la frontière de la Corée du Nord, pour retrouver 58 membres de leurs familles. Le dimanche, un deuxième groupe de 350 Sud-Coréens cette fois, part rejoindre 88 Nord-Coréens. Deux femmes d'un certain âge se sont même déplacées en ambulance, et d'autres en fauteuils roulants, chacun voulant être sûr de pouvoir profiter de cette rarissime occasion. En effet, même si elles existent depuis 1985, ces réunions, impossibles sans l'accord de la Corée du Nord, sont plus que rares.  Sur 125.000 demandes, seuls 21.000 Coréens, on pu être réunis depuis 1988. Celle-ci était d'autant plus surprenante qu'elle s'avérait impossible, puisque la Corée du Nord demandait l'annulation des exercices militaires entre la Corée du Sud et les Etats-Unis, qui devaient commencer ce lundi. Une demande qui n'a pas abouti, refusée par les deux pays. Les rencontres ont cependant eu lieu, pour le grand bonheur de ces familles décomposées... Et de nouveau réunies.

Focus sur un homme, Kim Se-Rin, maintenant âgé de 85 ans, qui a pu retrouver sa soeur, de 5 ans sa cadette, pour quelques heures sur le territoire de Kumgang.
De retour chez sa fille à Bucheon, près de Séoul, Kim Se-Rin nous raconte son voyage et cet instant, très court mais magique, qu'il a vécu avec sa soeur, accompagné de sa fille, Kim Young-Soon, qui rencontrait sa tante pour la première fois. Sans vouloir rattraper le temps malheureusement perdu, il se réjouit d'avoir pu en apprendre plus sur cette soeur qui lui était presque devenue inconnue, et sur le reste de sa famille dont il a été séparé quand il a rejoint les forces sud-coréenne en décembre 1950... Sans prévenir personnes, ne se doutant pas qu'il ne reviendrait jamais. Cette joie est cependant mitigée lorsqu'il apprend que sa soeur est la seule survivante de la famille, et que son jeune frère, de 7 ans son cadet, était mort depuis quelques temps. Il se délecte cependant de toute les informations que sa soeur peut lui fournir sur cette famille qu'il n'a pas assez connu et dont il ne savait rien. Il apprend comment ses parents et son frère sont décédés, ce que ce dernier était devenu avant sa mort, qu'il avait fait des études de médecine dans une grande université de Pyongyang, etc. Et c'est avec du regret et de l'amertume mais aussi avec de nouveaux souvenirs à emporter avec lui qu'il rejoint le domicile de sa fille, suite à cette dernière, mais pas des moindres, rencontre.




Sources : Leparisien.fr
Lepoint.fr

Article rédigé par Murasakisshi

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire