mardi 4 février 2014

Reportage : Le Festival International de la Bande Dessinée à Angoulême - Partie 1/2



    Cet article est consacré au "Festival de la Bande Dessinée" qui a lieu chaque année à Angoulême. Toujours plein de surprises, ce festival est vraiment une mine d'or et d'informations. Pour votre plus grand plaisir, nous avons visité les 4 stands qui étaient en lien avec la Corée. Ce reportage s'articule donc en 2 parties autour de ces 4 stands :
  1. Expo Corée
  2. Projections
  3. Little Asia
  4. Le Transperceneige


Etape 1 : Expo Corée
Les Fleurs qui ne se fanent pas





    Voici le premier pôle visité dont le thème était les "femmes de réconfort". Mais avant de suivre cette expo, qu'est-ce qu'une "femme de réconfort"?


    Le but de cette exposition était de faire découvrir à la France le passé de ces jeunes femmes coréennes (pour ne pas dire enfants) durant la seconde guerre mondiale et ce que le Japon leur a fait subir.

    Voici quelques photos prises à l'extérieur de l'exposition :




       Lorsque l'on entre dans le petit bâtiment, nous pouvons y découvrir les œuvres de plusieurs artistes qui sont superbement bien dessinées et émouvantes. Voici une sélection :

"70 ans de cauchemar" par Choi Shin-Oh

"Le Chant du Papillon" de Kim Gwang-Sung

"Où allons-nous?" par Choi In-Sun



"Sans titre"

De g. à d. : "L'espoir quand même" de Kim Shin
et "Le Regard" de Baek Sung-Min



"Nœud Enchevêtré" de Kim Jung-Gi 


"En attendant ce jour-là"et "Faites des excuses
sincères" de Cha Sung-Jin





        Enfin, au bout du chemin se trouvait un mur d'encouragements pour ces "Halmeoni" coréennes (Grands-mères). 




"Une fille pleure encore dans notre peuple ainsi que
dans le monde entier. Le jour où elle pourra sourire viendra bientôt."


"Grands-mères! Nous sommes là!" (pour vous)


"Nos sœurs qui sont nées sur les terres de Joseon -
Notre famille est chaleureuse envers nos frères et nos mères.
Nos sœurs de Joseon veulent sortir de cette souffrance.
Leurs vies se sont répandues, rongées par l'incendie de la guerre.
Nos sœurs de Joseon..."  

        A la fin de cette visite se trouvait une affiche qui proposait une projection de films, nous nous sommes donc rendus à la salle Nemo à 12h30.




Etape 2 :
Projection de films 

    La projection des films se situait à l'actuelle "Cité internationale de la bande dessinée et de l'image" en face du "Musée du papier - Le Nil".

    Cinq films ont été projetés et tous portaient sur le thème des "femmes de réconfort".




    Her story 

    Cette histoire parle d'une fillette de 15 ans qui part au Japon en pensant travailler dans une usine de broderie pour faire libérer son père de prison. Mais elle fut envoyée à Semarang en Indonésie pour y devenir une femme de réconfort avec 12 autres filles dans un camp japonais... 





"Le système des Femmes de réconfort est, par sa cruauté et
son ampleur, l'un des pires exemples d'exploitation sexuelle
d'êtres humains du 20e siècle."

    Si vous voulez découvrir cette animation, voici une vidéo que j'ai pu trouver sur Youtube mais elle est malheureusement sous-titrée en anglais.



Une histoire sans fin

    Histoire un peu similaire à la première, une fillette de 16 ans se fait enlever par un groupe de japonais et l'envoie en Mandchourie en lui disant qu'elle travaillera dans une usine de caoutchouc. Elle y deviendra elle aussi une femme de réconfort...










Le Cal






Grandma




 The Red Tree




    A la fin de cette projection, des journalistes coréens attendaient l'avis des spectateurs. Il y avait même un journaliste japonais.


     Voilà pour la première partie de ce reportage, la deuxième viendra bientôt~ 


Article rédigé par Seolim


0 commentaires:

Enregistrer un commentaire