jeudi 12 mars 2015

Bienvenue au pays du won : la monnaie sud-coréenne

       Toute personne envisageant un séjour en Corée du Sud sera confrontée à la monnaie du pays et aux joies du changement d’argent. Troquons nos euros pour partir à la découverte du won (), unité monétaire coréenne symbolisée par un ₩ ou encore écrit KRW.

En janvier 2015,  1 euro est égal à 1234, 29 ₩/KRW. Un taux de change variant selon les jours et qu’il faut donc consulter en amont de tout départ pour le pays du matin frais.
Partons maintenant à la découverte des éléments culturels coréens représentés sur les billets et les pièces qui circulent actuellement.

LES BILLETS :


Il existe en Corée du Sud quatre billets. Par ordre de grandeur ₩1 000, ₩5 000, ₩10 0000 et ₩50 000. Notez que le symbole du won se place communément avant le chiffre.

Le billet de 1 000 won (천원 – cheon won)


Correspondant à environ 0,8 centimes d’euro, le billet de ₩1000 est le plus commun en Corée du Sud. Il sert à payer par exemple les trajets en bus.  Ce billet bleu représente sur sa face avant le philosophe YI Hwang (이황), plus connu sous son nom de plume Toegye (퇴계).  Né en 1501, mort en 1570, il est le premier penseur à étudier le néo-confucianisme durant la dynastie Joseon (1392-1910) et est donc considéré comme l’un des fondateurs de cette école de pensée en Corée. L’influence des ses écrits n’a pas lieu seulement dans le domaine philosophique, elle s’exerce également sur les institutions et les coutumes du pays.

YI Hwang a notamment rédigé une « Etude de la sagesse en dix diagrammes » (성학십도), une série de leçons pour les dirigeants basée sur l’analyse des sages du passé et a aussi été nommé inspecteur royal secret afin de purger les instances gouvernementales des officiers corrompus.

A gauche de la figure de YI Hwang, nous trouvons sous une branche de prunus en fleurs (l’arbre préféré de YI Hwang), le hall de lecture de Myeongryundang situé sur le campus de l’université de Seonggyungwan, à Séoul. Cet établissement était réputé pour la formation des étudiants afin de rentrer au service du gouvernement. YI Hwang y fut chef instructeur.

L’arrière du billet reprend une toile du peintre coréen du XVIIIème siècle, JEONG Seon (정선), également nommé Gyeomjae (겸재). Appelée « Gyesangjeonggeodo », cette peinture représente Dosan Seodang, l’école élémentaire fondée par YI Hwang, que ses disciples transformeront après sa mort en académie confucéenne avec un sanctuaire en son honneur.

Hall de lecture Myeongryundang @Wikipédia
« Gyesangjeonggeodo » par JEONG Seon @Wikipédia 

Le billet de 5 000 won (오천원 – o-cheon won)


Ce billet de couleur orangée a une valeur d’environ 4 euros et donne à voir le second plus grand lettré confucéen avec YI Hwang, à savoir YI I (이이 – 1536 à 1584). Plus connu sous son nom d’auteur Yulgok (율곡), il est considéré comme un génie sachant écrire le chinois à 3 ans et composer des poèmes dès 7 ans. Premier aux examens, il écrit une thèse reconnue sur ses connaissances du confucianisme ainsi que du taoïsme. Comme son aîné YI Hwang qu’il a rencontré à Dosan Seodang, il a joué un grand rôle politique et se présente comme un réformateur pour un gouvernement et une administration justes. La forme « Yul-gok » au taekwondo, composée de 38 mouvements, lui rend hommage car YI I est né sur le 38ème parallèle (frontière actuelle entre la Corée du Nord et la Corée du Sud).



Vidéo du mouvement "Yul-gok"


A gauche de YI I, nous voyons le musée Ohjukheon de Gangneug, surmonté de bambous. Le nom Ohjukheon vient d’une espèce locale de bambou noir. Ce musée est en fait la maison natale de YI I.

L’autre côté du billet est composé de deux peintures de SHIM Saimdang (신사임당), la mère de YI I. La représentation de gauche illustre des pastèques avec des sauterelles et celle se trouvant à droite des fleurs, dites amarantes crêtes de coq, avec des grenouilles.

Musée Ohjukheon @Wikipédia
Peintures de SHIM Saimdang @shinja.blogspot.com
Le billet de 10 000 won (만원 – man won)

           

Représentant environ 8 euros, ce billet vert rend hommage au roi Sejong (세종대왕) dit le Grand (1397-1450). Ce quatrième roi de la dynastie Joseon est considéré comme l’inventeur de l’alphabet coréen, le hangeul, créé pour remplacer le chinois jugé trop compliqué à apprendre. Sejong voulait que la lecture et l’écriture soient accessibles à tous et non plus seulement à la classe sociale bourgeoise, les seuls pouvant fréquenter l’école à cette époque. Son règne constitue l’âge d’or de la Corée en matière d’inventions notamment scientifiques et technologiques (pluviomètre, clepsydre ou encore cadran solaire). La politique du roi Sejong est basée sur le confucianisme qui s’impose alors comme une norme sociale.

Le fond du billet montre le « Irworobongdo », un paravent représentant un paysage avec cinq pics montagneux surmontés d’une lune, à droite, et d’un soleil à gauche. Il était placé derrière le trône du roi. Des lettres en hangeul extraites du premier écrit dans cette langue, le « Yongbieocheonga », apparaissent au-dessus du dessin du paravent.

Le dos du billet rappelle quant à lui les nombreuses avancées en terme d’astronomie faites sous le règne du roi Sejong. Ici, nous apercevons le globe de  Honcheonsigye, une horloge astronomique créée en 1669 par SONG I-yeong. Classée trésor national sud-coréen, vous pouvez admirer ce globe au musée de l’université de Corée. En arrière-plan se trouve la carte céleste appelée « Cheonsang Yeolcha Bunyajido », datant du XIVème siècle et largement popularisée sous la dynastie Joseon. Elle est également reconnue comme un trésor national de la Corée du Sud et peut être admirée au Musée National du palais de Corée, à Séoul.

« Irworobongdo » @Wikipédia
Le globe de  Honcheonsigye @Yonhap News
« Cheonsang Yeolcha Bunyajido » @Wikipédia
Le billet de 50 000 won (오만원- o-man won)





Egal à environ 40 euros, ce billet jaune est le premier et le seul à représenter une figure féminine en Corée du Sud. Apparu en 2009, cela peut paraître comme une petite révolution dans une société coréenne androcentrique, mais ce portrait met en avant un modèle de femme vertueuse traditionnelle. SHIM Saimdang (1504-1551), mère de YI I comme nous l’avons vu précédemment, est considérée comme le modèle des idéaux confucéens. Elle est surnommée la « mère sage » (어진 어머니). Ce qui la classe directement dans son rôle de mère et non en tant qu’une identité féminine propre, mettant en avant le rôle majeur de la femme en Corée du Sud, à savoir être mère. Toutefois, SHIM Saimdang est un exemple de femme ayant réussi à répondre à ses impératifs familiaux tout en ayant une carrière honorable en tant que peintre, poète et calligraphe. Son style pictural nommé « Chochungdo » consiste en la représentation de plantes et d’insectes.
L’arrière-plan de la face avant de ce billet de 50 000 won est une combinaison entre deux oeuvres rendant hommage au genre du  Chochungdo. Au premier plan se trouve l'illustration "Mukpododo" peinte par SHIM Saimdang, représentant des grappes de raisin. Au second plan, nous pouvons apercevoir un paravent brodé avec des motifs de plantes et d'insectes nommé "Chochungdosubyeong", également classé trésor national sud-coréen. La broderie choisie est celle du pan de paravent donnant à voir des aubergines.

Au dos du billet, nous retrouvons également un mixte de deux peintures, « Wolmaedo » au premier plan sur la gauche et « Poongjukdo » en arrière-plan sur la droite. « Wolmaedo » est une peinture de prunus en fleurs par EO Mongryong datant de 1566. « Poongjukdo », réalisé par LEE Jeong, illustre des bambous pliant sous le vent.

« Mukpododo » de SHIM Saimdang @ybnotes.com
« Chochungdosubyeong » @ybnotes.com

« Wolmaedo » de EO Mongryong (à gauche) et « Poongjukdo » de LEE Jeong (à droite) @ybnotes.com


LES PIECES :

      Actuellement, il circule 6 pièces différentes en Corée du Sud. Les pièces de ₩1 (environ 0,0008 euro) et ₩5 (environ 0,004 euro) bien que toujours en circulation se font de plus en plus rares. Les plus communes sont celles de ₩10, ₩50, ₩100 et ₩500, ayant respectivement une valeur d’environ 0,008 euro, 0,04 euro, 0,08 euro et 0,40 euro.


La pièce de 1 won (일원 – il won)


 
       Sur la face de cette pièce en aluminium, nous trouvons une fleur d’hibiscus dite « Mugunghwa » (무궁화) en coréen. Elle constitue l'un des emblèmes nationaux de la Corée du Sud. Cette fleur a la réputation d'être robuste face au temps, symbolisant ainsi la persévérance et la force du peuple coréen face à son histoire.


La pièce de 5 won (오원 – o-won)



 
        Cette pièce représente sur son côté face, un « Keobuk-Seon » (거북선), c’est-à-dire un bateau tortue. Il s'agit du fameux navire de guerre coréen inventé par l’amiral YI Sun-si (이순신) qui a permis de nombreuses fois à l’armée coréenne de repousser la flotte japonaise.


La pièce de 10 won (십원- ship won)


     La face nous laisse ici voir la  Dabotap (다보탑), célèbre pagode en pierre située dans le temple Bulguksa, à Gyeongju, et classée trésor national coréen.


La pièce de 50 won (십원- o-ship won)


         Une tige de riz jalonne la face de cette pièce en référence à l'entrée de la Corée du Sud dans l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture.


La pièce de 100 won (백원 – baek won)


       Nous retrouvons sur cette pièce un héros national, mis à l’honneur par le film « The Admiral : Roarring Current », YI Sun-si (1545-1598). Il est connu pour avoir dérouté deux fois les invasions japonaises et augmenté la force de la flotte coréenne, en effectif et en équipement.


La pièce de 500 won (백원- o-baek won)


     La face de cette pièce représente une grue, symbole de la longévité. Cela renvoie également à une volonté de voir la nation sud-coréenne prospère longtemps.

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire