vendredi 6 mai 2016

A la découverte du webtoon


            
             Dans l’empire culturel sud-coréen à côté des films de la K-Pop ou des dramas, un autre produit participe grandement aujourd’hui à la « hallyu »: le webtoon (웹툰).
Le webtoon, association de website et de cartoon, est une forme de bande dessinée  se lisant gratuitement en ligne via ordinateurs, tablettes et smartphones en « scrollant », c’est-à-dire en faisant tourner la roulette de sa souris vers le bas ou bien glisser son pouce vers le bas de l’écran pour les modèles tactiles (pas de clic de page comme dans nos versions de webcomics occidentaux).
Il n’est pas étonnant que ce soit dans le pays le plus connecté au monde, où tout le monde est avec son smartphone entre les mains dans le métro, que le webtoon ait trouvé naissance.

Le webtoon, la nouvelle vague des manwha

            Le moins que l’on puisse dire est que la Corée du Sud a parfaitement géré la transition digitale à la fin des années 1990 et au tournant des années 2000. Face à la chute des ventes des bandes dessinées format papier, la Corée du Sud va miser sur sa nouvelle culture de l’Internet, percevoir rapidement qu’elle va changer les modes de vie et avoir un grand impact sur l’industrie du divertissement.
En 2003, Daum (équivalent sud-coréen de Google ou Yahoo par chez nous) lance le premier portail pour les webtoons, suivi en 2004 par son concurrent Naver.
La première génération de weebtoonists était surtout constituée d’amateurs qui cherchaient à illustrer leur site personnel.
La seconde génération, qui a donné une structure narrative aux webtoons, a  décollé avec l’arrivée des plateformes de Daum et Naver. C’est là que les cartoonists vétérans ont commencé à s’intéresser à cette nouvelle forme digitale et à rejoindre les jeunes webtoonists, qui ont petit à petit amélioré leur style. Nous trouvons aujourd’hui aussi bien des pages amateures et professionnels sur les portails. 
Les plateformes comme Naver et Daum dépendent de l’influence des internautes et de la publicité. De ce fait, les auteurs sont généralement rémunérés en fonction du nombre de vues et de la popularité de leurs webtoons.
Avec le temps, les webtoonists tirent de plus en plus partie des caractéristiques audiovisuelles de leur produit. Certains webtoons intègrent ainsi de la musique en arrière-plan ou des effets de flash motion, voir 3D.
Il est estimé aujourd’hui qu’un tiers des coréens lit des webtoons régulièrement. Ils seraient 6,2 millions à en lire chaque jour sur les plateformes. L’offre est foisonnante et de divers genres (romance, horreur, thriller, vie quotidienne en entreprise…). Preuve de leur succès de nombreux webtoons sont adaptés en dramas ou films. Nous en citerons quelques-uns : Orange Marmalade, Secretly Greatly, Mary Stayed out all night, Flowers boys next door ou encore Misaeng.
  
Drama et webtoon Orange Marmalade @hot.detik.com

Secretly Greatly, le film et le webtoon @koreanculture.org

           En 2014, le webtoon est devenu un produit mondialisé grâce à des traductions en anglais, chinois, thai et indonésien sur Naver.
Il y a encore peu de webtoon disponibles et traduits légalement en français mais Un Goût de Corée a choisi de vous présenter le site Delitoon, fortement désireux de faire connaître le webtoon sud-coréen au public francophone, à travers un petit entretien avec son fondateur Didier BORG :

- Bonjour et tout d’abord merci d’avoir pris contact avec nous et bien voulu vous prêter au jeu des questions. Dites-nous en plus sur Delitoon, quand est née la plateforme et avec quelles volontés ?


 Nous sommes arrivés fin janvier 2016 dans la version actuelle, mais une première version de delitoon, plus expérimentale a existé de 2011 à 2015… Nos volontés ? Avant toute chose apporter le meilleur de ce qui se fait en matière de webtoons auprès d’un public francophone, et bien entendu de ce fait, faire découvrir ce qu’est le webtoon ! Quand on sait qu’un coréen (du sud) sur deux en lit quotidiennement, on ne peut pas rester insensible à ce phénomène…



 -   Qu’est-ce qui vous a plu dans l’univers du webtoon sud-coréen ?



Tout d’abord un vent de modernité ! Le webtoon s’affranchit des codes, obligations, et contraintes de la bande dessinée papier, on peut faire des récits longs, courts, imaginer des cases infinies… puis la richesse artistique des auteurs coréens qui déploient des talents jusque-là trop peu connus en dehors de Corée ou d’Asie. Ce qui m’a frappé la première fois que j’ai découvert le webtoon, c’est aussi la dimension presque audiovisuelle… des séries… à lire sur écrans… de véritables « programmes » avec lesquels on prend rendez-vous le jour de publication ! Et pour finir, la mobilité, on peut ENFIN lire sur son smartphone, où on le veut, quand on le veut. Mais la liste pourrait être plus longue tant je suis convaincu par la force du webtoon.



  - Quel est l’impact de votre site dans un pays comme la France où la BD traditionnelle papier est encore largement dominante ?



Il est encore trop tôt pour parler d’impact, mais nous voyons déjà des écarts positifs avec la bande dessinée papier, nos lecteurs qui sont aussi nos utilisateurs puisque nous sommes dans le service… sont plus jeunes, ils ressemblent fort à cette génération qui a découvert le manga voilà 25 ou 30 ans ! Nous ne sommes pas sur le même créneau que l’amateur de bande dessinée qui aime aller rencontrer son libraire, repartir avec une belle dédicace… Nous répondons à ce sentiment d’urgence de l’époque : « j’ai envie de lire, j’ai une minute devant moi, je dégaine mon smartphone et hop ! ». C’est un autre temps que celui de la lecture sur canapé… et j’assume pleinement la dimension jetable du webtoon, si certains récits méritent  de devenir des livres, nous le saurons et nous aiderons à cela.



- Cela va t-il au delà des fans de la Corée ?



Les fans de la Corée sont des précurseurs, ce sont eux qui sont aux avant poste ! Dans quelques mois ou quelques années tout le monde parlera de webtoon comme on parle de manière évidente de manga japonais… Nos lecteurs ne sont pas non plus que des amateurs de K-Pop dont le rêve est de visiter Séoul (et ils ont raison). Il y a parmi eux de vrais amateurs de séries et particulièrement de séries TV ou de jeu vidéo, mais au final cet ensemble est assez cohérent, on se rapproche de ce que l’on pourrait appeler les Geeks mais dans une version « soft ».



-   Comment se passe l’achat des droits avec la Corée du Sud ?



Comme partout ailleurs… les droits sont proches de ce qui se passe en France, on les achète pour une exploitation précise et nous rémunérons les ayant-droits en fonction des ventes, rien de bien nouveau…



-   Pouvez-vous nous en dire plus sur la production des webtoons en Corée du sud ?



 De ce côté-là les méthodes sont variées, certains auteurs travaillent seuls, d’autres (le plus souvent) en studio. Ce qui change le plus c’est le niveau de pression vécu par les auteurs qui publient en « live » sur les plateformes de webtoons. Chaque récit est lu, commenté par des milliers de lecteurs qui s’enflamment sur les réseaux sociaux, critiquent et influencent de fait les auteurs. Il y a un petit côté « StarAc’ » qui les fait souffrir, ce que je comprends parfaitement. 



D’un autre côté, il y a des modèles de production qui se rapprochent des logiques audiovisuelles, avec des producteurs, des agents… c’est un modèle cohérent avec le support et le format. Certains auteurs ont même ouvert des « webtoons café » qui reçoivent du public et permettent de payer un atelier situé à l’étage, je trouve ça très intéressant, les auteurs maîtrisent leur modèle économique et leurs décisions de rencontrer le public en créant des événements… chez eux !



-   Enfin, quels webtoons conseillerez-vous à nos lecteurs ?


GIANT ! Wow… je suis bluffé par la puissance de ce titre qui est à la croisée du comics US et du cinéma d’anticipation… mais aussi ALIVE qui traite de manière très innovante le sujet des zombies avec de l’amour et du sexe… Il y a aussi des titres plus doux comme Azure Spring qui est le premier webtoon coréen que nous avons co-produit et dont je suis très fier !


Avec ça on a une bonne entrée en matière pour comprendre le webtoon, et nous préparons l’arrivée de nouveaux titres pour bientôt, plus « féminins » pour compléter et équilibrer notre programmation.



Je ne dis (presque) rien des titres adultes… mais n’en pense pas moins :) il y a là aussi une véritable révolution, un polar avec du sexe… mais c’est d’abord un polar, c’est une expérience que je trouve très innovante ! Allez… je vous conseille quand même « Le diable est en moi », un titre formidablement intelligent qui traite de l’addiction… au sexe, la méthode d’analyse est toutefois assez baroque ! Bonne lecture…


Merci à Delitoon et Didier BORG pour cette interview qui nous a permis dans apprendre plus sur l’univers du webtoon. Nous espérons que cela vous donnera envie d’aller lire ces nouvelles BD d’une grande richesse audiovisuelle.


Rédigé par Virginie.

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire